Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
L'association
Activités
Publications
Onomastique
Documentation
Aide à...
La NRO sur Persée

nro_053_couv.jpg

1983 - 2013
31 numéros
1479 documents

ATTENTION !

Le nom de domaine du site de la SFO a changé. La nouvelle adresse est :

www.sfo-onomastique.fr

Jusqu'en septembre 2017, les deux adresses pourront être utilisées, puis l'ancien nom disparaîtra.

Merci de prendre en compte ce changement.


Les 10 dernières nouvelles

Le XXIe Congrès des Sciences Onomastiques se tiendra à Debrecen (Hongrie), du 27 août au 1er septembre 2017. M. Stéphane Gendron, qui y participe, représentera la SFO à cette occasion.
Tous les détails sur le colloque ainsi que le programme sont annoncés à l'adresse suivante :
http://icos2017.unideb.hu/fr/ 

Lire la suite Lire la suite

Le XXIe Congrès des Sciences Onomastiques se tiendra à Debrecen (Hongrie), du 27 août au 1er septembre 2017. M. Stéphane Gendron, qui y participe, représentera la SFO à cette occasion.
Tous les détails sur le colloque ainsi que le programme sont annoncés à l'adresse suivante :
http://icos2017.unideb.hu/fr/ 

Fermer Fermer


L’Ethnopôle GARAE organise un colloque international les 12 et 13 septembre 2017 à Carcassonne :
  • ORALITES, de l’enquête à l’écoute : Histoire des collectes et leurs usages (19e-21e siècles).

Oralités

Née dans le sillage du romantisme, la collecte des archives orales se répand en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, les efforts ainsi déployés rejoignant ceux des lexicographes du Siècle des Lumières qui notaient, au détour de la traduction d’un mot, telles coutume, croyance ou pratique. Président à toutes ces collectes la déploration de mondes en voie de disparition, menacés par l’urbanisation, le désenclavement des campagnes, la scolarisation et l’intrusion de l’écrit. Garder une trace de tous ces « monuments », de toutes ces « survivances » sert alors le projet d’une histoire de l’humanité et d’une élucidation de ses origines, projet commun aux explorateurs, missionnaires et colonisateurs investis outre-mer dans des entreprises ethnographiques.

Lire la suite >>>

Lire la suite Lire la suite

L’Ethnopôle GARAE organise un colloque international les 12 et 13 septembre 2017 à Carcassonne :
  • ORALITES, de l’enquête à l’écoute : Histoire des collectes et leurs usages (19e-21e siècles).

Oralités

Née dans le sillage du romantisme, la collecte des archives orales se répand en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, les efforts ainsi déployés rejoignant ceux des lexicographes du Siècle des Lumières qui notaient, au détour de la traduction d’un mot, telles coutume, croyance ou pratique. Président à toutes ces collectes la déploration de mondes en voie de disparition, menacés par l’urbanisation, le désenclavement des campagnes, la scolarisation et l’intrusion de l’écrit. Garder une trace de tous ces « monuments », de toutes ces « survivances » sert alors le projet d’une histoire de l’humanité et d’une élucidation de ses origines, projet commun aux explorateurs, missionnaires et colonisateurs investis outre-mer dans des entreprises ethnographiques.

Lire la suite >>>

Fermer Fermer


First Call for Papers
2018 ANS Annual Conference
Salt Lake City, Utah
4-7 January 2018

logo_ans_american_name_society.jpg


The ANS is inviting abstract submissions for the 2018 annual conference to be held in conjunction with the Linguistic Society of America. Abstracts in any area of onomastic research are welcome. The deadline for receipt of abstracts is June 30, 2017. To submit a proposal, simply complete the 2018 Author Information Sheet (AIS) found here: http://www.americannamesociety.org/call-for-papers-ans-2018-salt-lake-city-ut-january-4-7-2018/

Please email this completed form to Dr. Dorothy Dodge Robbins using the following address: drobbins@latech.edu. For organizational purposes, please be sure to include the phrase "ANS 2018" in the subject line of your email. Presenters who may need additional time to secure international payments and travel visas to the United States are urged to submit their proposal as soon as possible.

All proposals will be subjected to blind review. Official notification of proposal acceptances will be sent on or before September 30, 2017. All authors whose papers have been accepted must be current members of the ANS and need to register with both the ANS and the Linguistic Society of America. Please feel free to contact Dr. Dorothy Dodge Robbins (drobbins@latech.edu) should you have any questions or concerns.

We look forward to receiving your submission !

Lire la suite Lire la suite

First Call for Papers
2018 ANS Annual Conference
Salt Lake City, Utah
4-7 January 2018

logo_ans_american_name_society.jpg


The ANS is inviting abstract submissions for the 2018 annual conference to be held in conjunction with the Linguistic Society of America. Abstracts in any area of onomastic research are welcome. The deadline for receipt of abstracts is June 30, 2017. To submit a proposal, simply complete the 2018 Author Information Sheet (AIS) found here: http://www.americannamesociety.org/call-for-papers-ans-2018-salt-lake-city-ut-january-4-7-2018/

Please email this completed form to Dr. Dorothy Dodge Robbins using the following address: drobbins@latech.edu. For organizational purposes, please be sure to include the phrase "ANS 2018" in the subject line of your email. Presenters who may need additional time to secure international payments and travel visas to the United States are urged to submit their proposal as soon as possible.

All proposals will be subjected to blind review. Official notification of proposal acceptances will be sent on or before September 30, 2017. All authors whose papers have been accepted must be current members of the ANS and need to register with both the ANS and the Linguistic Society of America. Please feel free to contact Dr. Dorothy Dodge Robbins (drobbins@latech.edu) should you have any questions or concerns.

We look forward to receiving your submission !

Fermer Fermer


Odonymie d'une ville nouvelle au XVIIe siècle : Charleville

Conférence de la Société française d'onomastique,
par Michel Tamine (université de Reims Champagne-Ardennes).

Comment se constitue la dénomination des rues et des sites remarquables d'une ville créée de toutes pièces au début du XVIIe siècle ? À partir de quelles motivations s'est élaborée la toponymie urbaine ? Comment a-t-elle évolué dans le temps ? Nous nous proposons d'évoquer ces différents aspects en les comparant le cas échéant avec la situation que présente l'odonymie de Mézières, ville voisine de Charleville.

Archives nationales - site de Paris, CARAN (salle d'albâtre), lundi 19 juin 2017 à 15 h.

Lire la suite Lire la suite

Odonymie d'une ville nouvelle au XVIIe siècle : Charleville

Conférence de la Société française d'onomastique,
par Michel Tamine (université de Reims Champagne-Ardennes).

Comment se constitue la dénomination des rues et des sites remarquables d'une ville créée de toutes pièces au début du XVIIe siècle ? À partir de quelles motivations s'est élaborée la toponymie urbaine ? Comment a-t-elle évolué dans le temps ? Nous nous proposons d'évoquer ces différents aspects en les comparant le cas échéant avec la situation que présente l'odonymie de Mézières, ville voisine de Charleville.

Archives nationales - site de Paris, CARAN (salle d'albâtre), lundi 19 juin 2017 à 15 h.

Fermer Fermer


Toponymie, ethnonymie et anthroponymie médiévales

Toponimia, entnonimia y antroponimia medievales

Le second colloque de recherche Euro Amazighe est dédié á l'onomastique médiévale comme patrimoine immatériel á conserver et étudier. Patrimoine nécessaire pour comprendre l'histoire, la culture et l'identité des territoires et des groupes humains établis dans la Péninsule Ibérique et le Nord de l'Afrique et leurs interactions. 

Lieux

  • C/San Jerónimo, 27
    Grenade, Espagne (18001)

Dates

  • Mardi 23 mai 2017.
  • Mercredi 24 mai 2017.

Programme

17_05_colloque_international_grenade.jpg

Lire la suite Lire la suite

Toponymie, ethnonymie et anthroponymie médiévales

Toponimia, entnonimia y antroponimia medievales

Le second colloque de recherche Euro Amazighe est dédié á l'onomastique médiévale comme patrimoine immatériel á conserver et étudier. Patrimoine nécessaire pour comprendre l'histoire, la culture et l'identité des territoires et des groupes humains établis dans la Péninsule Ibérique et le Nord de l'Afrique et leurs interactions. 

Lieux

  • C/San Jerónimo, 27
    Grenade, Espagne (18001)

Dates

  • Mardi 23 mai 2017.
  • Mercredi 24 mai 2017.

Programme

17_05_colloque_international_grenade.jpg

Fermer Fermer


La Nouvelle Revue d’Onomastique (NRO) est à présent consultable sur le portail Persée depuis son premier numéro de 1983 jusqu’au n° 55 de 2013.

Lien pour consulter la NRO >>>

Ce portail mis en place avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est destiné à accueillir des revues scientifiques francophones en sciences humaines et sociales et sciences et vie de la terre et ce dans une logique d’accès libre.

Afin d’accroître la visibilité de ses publications, la SFO s’associe à cette opération de valorisation des résultats de la recherche.

Lire la suite Lire la suite

La Nouvelle Revue d’Onomastique (NRO) est à présent consultable sur le portail Persée depuis son premier numéro de 1983 jusqu’au n° 55 de 2013.

Lien pour consulter la NRO >>>

Ce portail mis en place avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est destiné à accueillir des revues scientifiques francophones en sciences humaines et sociales et sciences et vie de la terre et ce dans une logique d’accès libre.

Afin d’accroître la visibilité de ses publications, la SFO s’associe à cette opération de valorisation des résultats de la recherche.

Fermer Fermer


logos_nouvelles/logo_colloque.jpgXVIIIe Colloque d'Onomastique - le 28/03/2017 23:56

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’ONOMASTIQUE

(Paris, Archives nationales)

en partenariat avec l’


Université de Toulouse - Jean Jaurès

******

XVIIIe COLLOQUE D’ONOMASTIQUE

sous la présidence de M. Loïc DEPECKER

Délégué général à la langue française et aux langues de France

*****

THÈMES


1/ Circulations linguistiques : les catégories dénominatives et leurs relations en onomastique           

2/ Onomastique occitane - Onomastica occitana

******

Date : 17-20 janvier 2018

Lieux : Université de Toulouse - Jean Jaurès
5 allée Antonio Machado
 31000 Toulouse


Bibliothèque d’Études méridionales (BEM)
56, rue du Taur
31000 TOULOUSE

******
Première circulaire


Après Paris, c’est Toulouse qui accueillera en 2018 le colloque international qu’organise tous les deux ans la Société française d’onomastique. Cette manifestation scientifique, qui se déroulera du 17 au 20 janvier 2018, à l’Université de Toulouse, et en partenariat avec cet établissement, sera consacrée à la terminologie onomastique et à l’onomastique occitane.


1) Circulations linguistiques : les catégories dénominatives et leurs relations en onomastique

La tradition onomastique a consacré des catégories, aussi bien en anthroponymie (noms d’origine, noms de métiers, sobriquets, patronymes et matronymes, etc.) qu’en toponymie (micro/macrotoponymes, oronymes, hydronymes, hagiotoponymes, agronymes, etc).
Le colloque se propose d’examiner la pertinence scientifique de ces catégories, les relations qu’elles entretiennent, et les conditions dans lesquelles certains éléments passent de l’une à l’autre.
On pourra étudier, en particulier, le passage des éléments du lexique commun au statut d’appellatifs, et à celui de toponymes ou d’anthroponymes, de toponymes à anthroponymes, d’anthroponymes à toponymes, etc. On ne s’interdira pas, dans ce cadre, de porter un regard critique sur les théories ou les descriptions fondées sur le passage systématique d’une catégorie à une autre.


2) Onomastique occitane - Onomastica occitana

Le domaine occitan est central dans la Romania continua et les études d’onomastique ne peuvent pas échapper à cette centralité. Depuis les documents anciens jusqu’aux enregistrements recueillis au XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, la masse documentaire est énorme, en particulier celle qu’offrent la patronymie et la microtoponymie.
Nous invitons les chercheurs à rendre compte de la profusion et de la diversité des sources, qu’elles soient écrites ou orales, dans leurs analyses du patrimoine onomastique des régions occitanes.
Il se trouve par ailleurs que la Région dont Toulouse est la capitale vient de prendre officiellement le nom d’Occitanie, suscitant à la fois intérêt et débats. Cet événement donnera l’occasion de s’interroger sur l’emploi du terme ‛occitan’, son acception et son acceptation sociale à différentes époques.
Enfin la tenue du colloque dans la capitale occitane peut être l’occasion d’une réflexion sur les modalités de la notation et de la valorisation du patrimoine onomastique occitan comme une partie intégrante de la culture d’oc.
L’étude des données onomastiques d’oc, l’accueil et le statut des termes occitan et Occitanie, l’usage social de la toponymie en pays d’oc sont donc les trois perspectives, éventuellement combinées, autour desquelles nous invitons les chercheurs à présenter leurs travaux et à contribuer ainsi à l’actualisation et la valorisation de notre discipline au sein des sciences humaines.

******

Ce colloque est avant tout une réunion scientifique destinée à faire état des recherches en cours en onomastique et à susciter l’innovation théorique et méthodologique. Toutefois, les organisateurs souhaitent favoriser l’ouverture vers un public cultivé non spécialiste s’intéressant au patrimoine onomastique et soucieux de mieux le connaître. Les chercheurs qui répondront au présent appel à communication sont invités à tenir compte de ce niveau d’exigence comme de ce souci d’ouverture.


******


Les propositions de communication, accompagnées d’un résumé de 10 lignes maximum, et d’une bibliographie sont à expédier de préférence par courriel, avant le 31 mai 2017, à l’adresse suivante : 

Mme Sylvie LEJEUNE
Secrétaire de la Société française d’Onomastique
23 allée des Pelouses d’Ascot
33270 BOULIAC
Courriel : sylvie.lejeune-modi@wanadoo.fr

*****

Une deuxième circulaire, diffusée en septembre 2017, établira un préprogramme et fournira aux participants toutes les informations utiles à leur séjour à Toulouse.


**********

Lire la suite Lire la suite

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’ONOMASTIQUE

(Paris, Archives nationales)

en partenariat avec l’


Université de Toulouse - Jean Jaurès

******

XVIIIe COLLOQUE D’ONOMASTIQUE

sous la présidence de M. Loïc DEPECKER

Délégué général à la langue française et aux langues de France

*****

THÈMES


1/ Circulations linguistiques : les catégories dénominatives et leurs relations en onomastique           

2/ Onomastique occitane - Onomastica occitana

******

Date : 17-20 janvier 2018

Lieux : Université de Toulouse - Jean Jaurès
5 allée Antonio Machado
 31000 Toulouse


Bibliothèque d’Études méridionales (BEM)
56, rue du Taur
31000 TOULOUSE

******
Première circulaire


Après Paris, c’est Toulouse qui accueillera en 2018 le colloque international qu’organise tous les deux ans la Société française d’onomastique. Cette manifestation scientifique, qui se déroulera du 17 au 20 janvier 2018, à l’Université de Toulouse, et en partenariat avec cet établissement, sera consacrée à la terminologie onomastique et à l’onomastique occitane.


1) Circulations linguistiques : les catégories dénominatives et leurs relations en onomastique

La tradition onomastique a consacré des catégories, aussi bien en anthroponymie (noms d’origine, noms de métiers, sobriquets, patronymes et matronymes, etc.) qu’en toponymie (micro/macrotoponymes, oronymes, hydronymes, hagiotoponymes, agronymes, etc).
Le colloque se propose d’examiner la pertinence scientifique de ces catégories, les relations qu’elles entretiennent, et les conditions dans lesquelles certains éléments passent de l’une à l’autre.
On pourra étudier, en particulier, le passage des éléments du lexique commun au statut d’appellatifs, et à celui de toponymes ou d’anthroponymes, de toponymes à anthroponymes, d’anthroponymes à toponymes, etc. On ne s’interdira pas, dans ce cadre, de porter un regard critique sur les théories ou les descriptions fondées sur le passage systématique d’une catégorie à une autre.


2) Onomastique occitane - Onomastica occitana

Le domaine occitan est central dans la Romania continua et les études d’onomastique ne peuvent pas échapper à cette centralité. Depuis les documents anciens jusqu’aux enregistrements recueillis au XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, la masse documentaire est énorme, en particulier celle qu’offrent la patronymie et la microtoponymie.
Nous invitons les chercheurs à rendre compte de la profusion et de la diversité des sources, qu’elles soient écrites ou orales, dans leurs analyses du patrimoine onomastique des régions occitanes.
Il se trouve par ailleurs que la Région dont Toulouse est la capitale vient de prendre officiellement le nom d’Occitanie, suscitant à la fois intérêt et débats. Cet événement donnera l’occasion de s’interroger sur l’emploi du terme ‛occitan’, son acception et son acceptation sociale à différentes époques.
Enfin la tenue du colloque dans la capitale occitane peut être l’occasion d’une réflexion sur les modalités de la notation et de la valorisation du patrimoine onomastique occitan comme une partie intégrante de la culture d’oc.
L’étude des données onomastiques d’oc, l’accueil et le statut des termes occitan et Occitanie, l’usage social de la toponymie en pays d’oc sont donc les trois perspectives, éventuellement combinées, autour desquelles nous invitons les chercheurs à présenter leurs travaux et à contribuer ainsi à l’actualisation et la valorisation de notre discipline au sein des sciences humaines.

******

Ce colloque est avant tout une réunion scientifique destinée à faire état des recherches en cours en onomastique et à susciter l’innovation théorique et méthodologique. Toutefois, les organisateurs souhaitent favoriser l’ouverture vers un public cultivé non spécialiste s’intéressant au patrimoine onomastique et soucieux de mieux le connaître. Les chercheurs qui répondront au présent appel à communication sont invités à tenir compte de ce niveau d’exigence comme de ce souci d’ouverture.


******


Les propositions de communication, accompagnées d’un résumé de 10 lignes maximum, et d’une bibliographie sont à expédier de préférence par courriel, avant le 31 mai 2017, à l’adresse suivante : 

Mme Sylvie LEJEUNE
Secrétaire de la Société française d’Onomastique
23 allée des Pelouses d’Ascot
33270 BOULIAC
Courriel : sylvie.lejeune-modi@wanadoo.fr

*****

Une deuxième circulaire, diffusée en septembre 2017, établira un préprogramme et fournira aux participants toutes les informations utiles à leur séjour à Toulouse.


**********

Fermer Fermer


logos_nouvelles/logo_sfo.jpgPour contacter la SFO - le 28/03/2017 23:40

Présentation du Centre d’Onomastique – Centre de sigillographie et d’héraldique aux Archives nationales : fichier pdf >>>

Lire la suite Lire la suite

Présentation du Centre d’Onomastique – Centre de sigillographie et d’héraldique aux Archives nationales : fichier pdf >>>

Fermer Fermer


SOCIÉTÉ FRANÇAISE D'ONOMASTIQUE

Paris, le 1er février 2017


Les noms des nouvelles régions et des nouvelles communes

Les nouvelles Régions ou les nouvelles communes, résultant d’un regroupement de collectivités régionales ou locales antérieures, sont confrontées à des choix difficiles pour trouver le nom qui les désignera officiellement. En effet comment parvenir à un accord sur un nom qui soit à la fois représentatif de l’ensemble des territoires concernés, susceptible de dire et porter une identité commune et facile à employer aussi bien par les responsables politiques et administratifs que par les simples citoyens ? C’est pourquoi la Société Française d’Onomastique (SFO) a considéré qu’il était de sa compétence et de sa responsabilité d’engager une réflexion sur ce sujet et de donner des avis sur les dénominations proposées ou en cours d’attribution dans l’un et l’autre cas.

En ce qui concerne le nom d’Occitanie qui a été choisi récemment par le Conseil de la Région regroupant les anciennes Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées à la suite d’une consultation populaire, la SFO tient à présenter les observations suivantes. Il est certain que le choix de ce nom peut être justifié par des considérations historiques. Le nom d’Occitania en latin commence à désigner le territoire de la nouvelle province française, le Languedoc, dès la première moitié du XIVe siècle et plus tard, à partir de 1634, les États du Languedoc auront tendance à nommer Occitania leur territoire. Mais évidemment cela exclut de fait la Catalogne française qui fait pourtant partie de la nouvelle Région. Et surtout il faut bien voir que depuis l’Ancien Régime le contenu sémantique de ce mot Occitanie a beaucoup évolué. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, le terme d’Occitanie est lié étroitement à occitan, langue occitane ou langue d’oc. Il désigne l’ensemble des territoires dans lesquels la langue occitane s’est développée et vit toujours, dans des réalisations très diverses. Par conséquent réserver l’emploi de ce mot à l’appellation d’une seule région du domaine occitan nous paraîtrait donner l’impression que les Gascons, les Auvergnats, les Aquitains, les Limousins, les Provençaux… ne sont pas des Occitans. Et dans certaines régions, comme la Provence, cela pourrait malheureusement conforter la position de ceux qui refusent ce terme d’occitan pour désigner les parlers de leur région, opposent le provençal à l’occitan en prétendant que ce sont deux langues d’oc différentes et pratiquent ainsi un repli identitaire néfaste.

La SFO a pris acte de ce qu’une signature « Pyrénées-Méditerranée » serait apportée. Mais il et à craindre que cela ne change pas grand-chose. Dans la pratique, c’est évidemment le titre Occitanie qui sera seul utilisé et s’imposera.

En définitive, tout en reconnaissant que la dénomination d’une nouvelle entité territoriale est une tâche ardue, la SFO considère que d’une façon générale il peut être dangereux de recourir à des noms qui sont certes prestigieux et fortement symboliques, mais qui sont historiquement datés et ne correspondent plus du tout ou ne correspondent que partiellement aux réalités de notre temps. Il semble que ce soit le cas du choix d’Occitanie.

En ce qui concerne les nouvelles communes, la SFO regrette que les nombreuses fusions intervenues depuis quelques années s’accompagnent trop souvent de créations toponymiques plus ou moins fantaisistes, alors qu’elles entraînent par contrecoup la disparition de noms vieux de plusieurs siècles voire deux ou trois millénaires. Comment ne pas s’étonner, en effet, de la promotion de noms à but mercantile, comme Kaysersberg Vignoble (Haut-Rhin), Aÿ-Champagne (Marne) ou pire, Vallées en Champagne (Aisne), ou à vocation principalement touristique, comme Palmas d’Aveyron (Aveyron), Val de Vignes (Charente), ou encore à visée propitiatoire comme Capavenir Vosges (Vosges) ? Comment ne pas s’offusquer devant des modes de formation totalement aléatoires consistant, entre autres, à tronquer des noms existants pour les rabouter dans des assemblages qui confinent parfois au ridicule, la palme étant (provisoirement sans doute, hélas) attribuable à Hypercourt (Somme), qui résulte de la soudure de segments prélevés sur Hyencourt, Pertain et Omiécourt !

Ainsi, la totale liberté accordée aux conseils municipaux, la discrétion des garde-fous administratifs et institutionnels qui filtraient naguère encore les propositions, l’atonie des autorités préfectorales devant ces mutations débouchent-elles sur une sorte d’anarchie dénominative, qui se manifeste aussi dans l’ignorance ou le mépris des règles formelles qui régissent la graphie des noms de communes, en particulier l’usage des majuscules et des traits d’union, ce dont témoigne le stupéfiant Bairon et ses environs (Ardennes).

Comment ne pas déplorer par ailleurs que ces créations plus ou moins fantaisistes provoquent la disparition de noms vénérables installés depuis des siècles : ainsi, des dizaines de toponymes formés à l’aide d’un nom de saint, et pour la plupart fixés dès le début du Moyen Âge, sont-ils menacés ; plus regrettable encore, la disparition de traces - parfois les seules d’ailleurs - d’établissement gaulois, comme Balesme-sur-Marne (Haute-Marne), qui conservait le souvenir de la déesse Belisama.

Faut-il rappeler que les noms de lieux, transmis par le vecteur des langues nationale et régionales, constituent une composante importante du patrimoine culturel immatériel, et qu’ils méritent à ce titre d’être protégés et sauvegardés ? Faut-il rappeler encore que les noms de lieux, comme les noms de personnes, ont été forgés, pour leur immense majorité, avant le XVIe siècle, et qu’ils ont été attribués en fonction du relief, de la végétation, de la nature des sols, de leur utilisation et de leur mise en valeur, mais encore de l’habitat, de la vie sociale, des croyances, témoignant ainsi de la façon dont les hommes ont perçu leur environnement, et constituant de véritables documents sur l’histoire des paysages, l’impact de l’anthropisation, et les mentalités de ceux qui les ont nommés ? Faut-il rappeler enfin que les noms nous renseignent sur la situation linguistique des lieux où ils se sont fixés, et que les toponymes peuvent être de précieux indicateurs pour la compréhension du fonctionnement des langues ainsi que pour la restitution de leur lexique, comme c’est la cas entre autres pour le gaulois ? Précieux indices d’une histoire et d’une culture, les noms de lieux constituent une composante de l’identité des territoires, et pour une part, de celle des hommes qui les habitent, qui les animent et qui les façonnent par leur travail.

Ce n’est d’ailleurs pas tant le phénomène lui-même que son accélération brutale, observée depuis 2015, et la frénésie dénominative l’accompagnant qui justifient notre inquiétude, puisque pour la seule année 2016, la création de 324 noms a entraîné la disparition

de 1097 noms préexistants. Le mouvement de fusion de communes, encouragé par les pouvoirs publics, n’est sans doute pas près de se tarir, et risque au contraire de s’amplifier dans les mois et les années à venir : il ne doit pas se traduire par une dégradation du patrimoine toponymique, et la SFO demande instamment que des solutions raisonnables et de bon aloi, qui existent, soient mises en oeuvre afin de préserver l’intégrité culturelle de ce patrimoine.
 

Le Président de la Société Française d’Onomastique,

Michel Tamine

Lire la suite Lire la suite

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D'ONOMASTIQUE

Paris, le 1er février 2017


Les noms des nouvelles régions et des nouvelles communes

Les nouvelles Régions ou les nouvelles communes, résultant d’un regroupement de collectivités régionales ou locales antérieures, sont confrontées à des choix difficiles pour trouver le nom qui les désignera officiellement. En effet comment parvenir à un accord sur un nom qui soit à la fois représentatif de l’ensemble des territoires concernés, susceptible de dire et porter une identité commune et facile à employer aussi bien par les responsables politiques et administratifs que par les simples citoyens ? C’est pourquoi la Société Française d’Onomastique (SFO) a considéré qu’il était de sa compétence et de sa responsabilité d’engager une réflexion sur ce sujet et de donner des avis sur les dénominations proposées ou en cours d’attribution dans l’un et l’autre cas.

En ce qui concerne le nom d’Occitanie qui a été choisi récemment par le Conseil de la Région regroupant les anciennes Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées à la suite d’une consultation populaire, la SFO tient à présenter les observations suivantes. Il est certain que le choix de ce nom peut être justifié par des considérations historiques. Le nom d’Occitania en latin commence à désigner le territoire de la nouvelle province française, le Languedoc, dès la première moitié du XIVe siècle et plus tard, à partir de 1634, les États du Languedoc auront tendance à nommer Occitania leur territoire. Mais évidemment cela exclut de fait la Catalogne française qui fait pourtant partie de la nouvelle Région. Et surtout il faut bien voir que depuis l’Ancien Régime le contenu sémantique de ce mot Occitanie a beaucoup évolué. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, le terme d’Occitanie est lié étroitement à occitan, langue occitane ou langue d’oc. Il désigne l’ensemble des territoires dans lesquels la langue occitane s’est développée et vit toujours, dans des réalisations très diverses. Par conséquent réserver l’emploi de ce mot à l’appellation d’une seule région du domaine occitan nous paraîtrait donner l’impression que les Gascons, les Auvergnats, les Aquitains, les Limousins, les Provençaux… ne sont pas des Occitans. Et dans certaines régions, comme la Provence, cela pourrait malheureusement conforter la position de ceux qui refusent ce terme d’occitan pour désigner les parlers de leur région, opposent le provençal à l’occitan en prétendant que ce sont deux langues d’oc différentes et pratiquent ainsi un repli identitaire néfaste.

La SFO a pris acte de ce qu’une signature « Pyrénées-Méditerranée » serait apportée. Mais il et à craindre que cela ne change pas grand-chose. Dans la pratique, c’est évidemment le titre Occitanie qui sera seul utilisé et s’imposera.

En définitive, tout en reconnaissant que la dénomination d’une nouvelle entité territoriale est une tâche ardue, la SFO considère que d’une façon générale il peut être dangereux de recourir à des noms qui sont certes prestigieux et fortement symboliques, mais qui sont historiquement datés et ne correspondent plus du tout ou ne correspondent que partiellement aux réalités de notre temps. Il semble que ce soit le cas du choix d’Occitanie.

En ce qui concerne les nouvelles communes, la SFO regrette que les nombreuses fusions intervenues depuis quelques années s’accompagnent trop souvent de créations toponymiques plus ou moins fantaisistes, alors qu’elles entraînent par contrecoup la disparition de noms vieux de plusieurs siècles voire deux ou trois millénaires. Comment ne pas s’étonner, en effet, de la promotion de noms à but mercantile, comme Kaysersberg Vignoble (Haut-Rhin), Aÿ-Champagne (Marne) ou pire, Vallées en Champagne (Aisne), ou à vocation principalement touristique, comme Palmas d’Aveyron (Aveyron), Val de Vignes (Charente), ou encore à visée propitiatoire comme Capavenir Vosges (Vosges) ? Comment ne pas s’offusquer devant des modes de formation totalement aléatoires consistant, entre autres, à tronquer des noms existants pour les rabouter dans des assemblages qui confinent parfois au ridicule, la palme étant (provisoirement sans doute, hélas) attribuable à Hypercourt (Somme), qui résulte de la soudure de segments prélevés sur Hyencourt, Pertain et Omiécourt !

Ainsi, la totale liberté accordée aux conseils municipaux, la discrétion des garde-fous administratifs et institutionnels qui filtraient naguère encore les propositions, l’atonie des autorités préfectorales devant ces mutations débouchent-elles sur une sorte d’anarchie dénominative, qui se manifeste aussi dans l’ignorance ou le mépris des règles formelles qui régissent la graphie des noms de communes, en particulier l’usage des majuscules et des traits d’union, ce dont témoigne le stupéfiant Bairon et ses environs (Ardennes).

Comment ne pas déplorer par ailleurs que ces créations plus ou moins fantaisistes provoquent la disparition de noms vénérables installés depuis des siècles : ainsi, des dizaines de toponymes formés à l’aide d’un nom de saint, et pour la plupart fixés dès le début du Moyen Âge, sont-ils menacés ; plus regrettable encore, la disparition de traces - parfois les seules d’ailleurs - d’établissement gaulois, comme Balesme-sur-Marne (Haute-Marne), qui conservait le souvenir de la déesse Belisama.

Faut-il rappeler que les noms de lieux, transmis par le vecteur des langues nationale et régionales, constituent une composante importante du patrimoine culturel immatériel, et qu’ils méritent à ce titre d’être protégés et sauvegardés ? Faut-il rappeler encore que les noms de lieux, comme les noms de personnes, ont été forgés, pour leur immense majorité, avant le XVIe siècle, et qu’ils ont été attribués en fonction du relief, de la végétation, de la nature des sols, de leur utilisation et de leur mise en valeur, mais encore de l’habitat, de la vie sociale, des croyances, témoignant ainsi de la façon dont les hommes ont perçu leur environnement, et constituant de véritables documents sur l’histoire des paysages, l’impact de l’anthropisation, et les mentalités de ceux qui les ont nommés ? Faut-il rappeler enfin que les noms nous renseignent sur la situation linguistique des lieux où ils se sont fixés, et que les toponymes peuvent être de précieux indicateurs pour la compréhension du fonctionnement des langues ainsi que pour la restitution de leur lexique, comme c’est la cas entre autres pour le gaulois ? Précieux indices d’une histoire et d’une culture, les noms de lieux constituent une composante de l’identité des territoires, et pour une part, de celle des hommes qui les habitent, qui les animent et qui les façonnent par leur travail.

Ce n’est d’ailleurs pas tant le phénomène lui-même que son accélération brutale, observée depuis 2015, et la frénésie dénominative l’accompagnant qui justifient notre inquiétude, puisque pour la seule année 2016, la création de 324 noms a entraîné la disparition

de 1097 noms préexistants. Le mouvement de fusion de communes, encouragé par les pouvoirs publics, n’est sans doute pas près de se tarir, et risque au contraire de s’amplifier dans les mois et les années à venir : il ne doit pas se traduire par une dégradation du patrimoine toponymique, et la SFO demande instamment que des solutions raisonnables et de bon aloi, qui existent, soient mises en oeuvre afin de préserver l’intégrité culturelle de ce patrimoine.
 

Le Président de la Société Française d’Onomastique,

Michel Tamine

Fermer Fermer



Recherche
Recherche
Adhérents de la SFO

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

Contacter la S.F.O.
Visites

 581743 visiteurs

 22 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :  Accueil